Macbeth de Orson Welles

 Macbeth de Orson Welles

par Jacques Sicard

Sans titre2

I

L’hendécasyllabe, par le défaut de l’alexandrine syllabe miroir qui referme le monde sur lui-même et en signe la perfection, appelle à la place laissée vide la hantise du doppelgänger, présage de mort. La plus ou moins grande infirmité de boiterie qu’entraîne l’usage de l’imparité rythmique tire de la nuit les monstres affines avec sa respiration soufflée. La très grande liberté dans la répartition des accents de l’hendécasyllabe shakespearien y ajoute le sang, le sang en marée. S’il est une imagerie shakespearienne, la douceur lénifiante généralement associée à l’image se trouve aussitôt brouillée par le bain de sang qui fertilise le vers et lui donne ce goût de fer par quoi entre tous il est reconnaissable. Poésie qui ne représente ni ne fait entendre, sinon comme piège. Poésie à boire, à la gorge même, pour peu que canines adéquates.

Ce goût de fer sur les lèvres des paupières, quel spectateur ne l’éprouve à la vision du Macbeth d’Orson Welles – film qui par suite lui semble construit sur une base signifiante de onze plans ou segments, où le sens glisse sans jamais parvenir à trouver prise, puis disparaît au terme de l’hendécasegmentation dans une plainte de chien ?

 

II

Sans titre1

Où en est la nuit ? Elle écrit. L’écriture ne fait pas peindre, parce qu’elle parle et que cela suffit à couper tous les ponts, brûler tous les vaisseaux, desservir toutes les tables, ébarber tous les pinceaux. Pas besoin du Verbe des religions du Livre pour le savoir. Pourrait même être avancé qu’en dépit ou à cause de son énigmatique splendeur, il fut et demeure un essai de domestication de la langue écrite. Où en est la nuit ? Elle chante, le matin, en descendant les marches ; en haine de l’union sacrée, elle arrache les drapeaux nationaux qui pendent aux fenêtres comme l’araignée à la rosée ; après elle, les murs de la ville se fondent dans les nues surfaces antonioniennes, accueillantes seulement aux phrases du regard. Où en est la nuit ? Entre lune et hulotte, elle conte le langage avili : Catholicisme anarchiste – n’est-il pas croquignolet l’oxymore ? De toutes, la figure de rhétorique qui se prête le mieux à l’idée qu’on se fait de l’auberge espagnole. Cracherait-on sur ses sœurs académiques, celle-là est d’un usage inusable. Rien d’étonnant à ce qu’elle serve aux bonimencenseurs de girouettes, littéraires ou non. Où en est la nuit, Macbeth ? « J’ai beau la maçonner avec du sang, elle n’a air de muraille que par vers. Lui seul en obscurcit le grain de temps, que s’y adossent les amants de l’envers. » Tout ce qui s’écrit renforce le mur. Lacan qui énonce cela y va toujours de main morte : main d’écrivain, deux mains gauches, mains dans les poches, capitaine Crochet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *