Ma vie urbaine

Comment j’ai contribué au trafic d’armes entre la France et les Émirats  (Ma vie urbaine)

par Anne Coudreuse

Anne Coudreuse a écrit cette nouvelle au début du second millénaire, une dizaine d’années après les faits qui l’ont inspirée. La difficulté d’exister à l’œuvre dans ce texte de jeunesse n’a sans doute pas d’âge, même si elle est bien évidemment marquée par l’époque et la rumeur du temps.

Le premier jour, je suis arrivée en retard. C’était au printemps, l’air était doux.

Au printemps précédent, j’avais passé l’agrégation de lettres et quitté l’internat. Je m’étais installée dans un studio du 19e arrondissement et j’avais commencé un DEA sur le Journal de Michel Leiris. Caroline, avec qui je sortais depuis un an, disait que ça me donnait l’air heureux de lire Leiris. J’avais 24 ans, quelque chose comme ça, la vie devant moi. C’était en 1993. Depuis un an, j’essayais de ne pas laisser Caroline rompre avec moi, depuis la première nuit en fait. Tous les signaux d’alerte clignotaient, j’allais y laisser ma peau si je persistais, mais je m’entêtais à croire qu’elle était la femme de ma vie et que nous allions vivre ensemble, alors que c’était impossible : ses parents lui avaient acheté un studio quatre étages au-dessus de leur appartement, et notre liaison était condamnée à la clandestinité. Bientôt nous n’entrerions plus dans l’immeuble que par le parking. Je portais tout le poids de la faute et de la transgression. De son côté, disait-elle, elle voulait juste me rendre service, sans vraiment me désirer. Les insultes, c’était bon pour moi. A l’internat quand j’étais en première année, les étudiants se moquaient de moi en m’appelant Albertine, parce qu’ils avaient lu Proust : en m’insultant, ils restaient de bons petits normaliens contents d’eux, sûrs de leur culture et de leurs privilèges. Des années après, la mère de Caroline lui demanderait : « Est-ce que tu es gouine avec Anne ? » Il faut dire qu’elle n’était pas normalienne, juste professeur d’histoire romaine. Tout le vernis craquait : les humanités, les belles-lettres, le berceau de la civilisation occidentale ne pouvaient rien contre la haine de ce qui est différent.

Lire la suite